POUR L’ÉLEVAGE

Les produits plastiques interviennent pour la bonne conservation des plantes servant à la nourriture du bétail et pour le stockage de la paille.

Liens Rapides

Les

Filets

Les filets agricoles pour balles rondes offrent une protection optimale contre les intempéries tout en permettant au fourrage ou à la paille de respirer. Ces filets sont essentiels dans la plasticulture animale : ils permettent une meilleure gestion et protection du fourrage, en plus de réduire les installations de stockage comme les silos. Les nombreuses évolutions techniques contribuent également à rendre les filets plus efficaces et durables.

Ficelles agricoles

pour l’élevage

Dans la plasticulture animale, l’un des principaux objectifs pour les ficelles agricoles est de diminuer le poids de plastique utilisé par tonne de paille compressée. Ce défi est crucial, car il répond à la fois à des impératifs économiques et à des exigences environnementales.

La fabrication des ficelles se base sur une extrusion de polypropylène (PP). Cette pâte est extrudée en une fine nappe plastique, rapidement refroidie pour solidifier et former une nappe uniforme aux paramètres contrôlés de poids et d’épaisseur.

Cette nappe de polypropylène est ensuite découpée en bandelettes. La largeur des bandelettes détermine l’épaisseur de la ficelle. Pour renforcer leur résistance, ces bandelettes sont étirées à chaud. Certaines ficelles sont micro-perforées pour accroître leur souplesse.

Finalement, ces bandelettes sont retordues pour former un fil cylindrique et bobinées pour leur conditionnement final, prêtes à être utilisées dans les machines agricoles. Ce processus allie technicité et précision pour produire des ficelles adaptées aux exigences de l’élevage.

Les avancées récentes dans les matériaux et les processus de fabrication ont permis d’améliorer significativement la résistance et la longueur des ficelles agricoles tout en réduisant leur poids, ou en augmentant leurs performances pour un poids équivalent. Ces innovations réduisent ainsi l’impact environnemental.

Une autre avancée environnementale majeure consiste aujourd’hui à intégrer du polypropylène recyclé dans les ficelles.

Les Films

d’enrubannage

Une technique de plasticulture animale en fort développement depuis les 15 dernières années. Les entrepreneurs de travaux agricoles et les agriculteurs adhérents aux CUMA  sont particulièrement sensibles à tous les gains de temps et de qualité des fourrages lors de la réalisation de l’enrubannage.

Technique des films d'enrubannage

Cette méthode implique de presser le fourrage pré-fané directement au champ et de l’enrubanner avec plusieurs couches de plastique à l’aide d’une machine appelée « enrubanneuse ».
Cette machine applique sur la botte pressée un film étirable préétiré, avec un taux d’étirage de 50 à 75 %, résultant généralement en 4 à 6 épaisseurs de film, bien que 6 épaisseurs soient recommandées par les fabricants.

Pour des fourrages à tiges dures, comme la luzerne, il est conseillé d’utiliser jusqu’à 8 épaisseurs pour assurer une étanchéité optimale, grâce à un additif collant qui favorise l’adhérence des couches. Ces balles résistantes, fabriquées avec des matériaux de très haute qualité mécanique pour supporter les contraintes, peuvent être transportées jusqu’au lieu de consommation.

Cette technique s’est largement développée pour plusieurs raisons :

  • Facilité de mise en œuvre : un court créneau climatique favorable suffit pour procéder à l’enrubannage.
  • Valorisation des petites quantités : permet de traiter et conserver de petites quantités de fourrage efficacement.
  • Souplesse d’utilisation : le conditionnement en balle rend le fourrage facilement transportable, disponible à la demande et potentiellement commercialisable.
  • Amélioration des qualités nutritives des fourrages.

 

L’enrubannage peut également se faire en continu sur des balles pressées accolées les unes aux autres, formant un cordon entièrement enveloppé de film blanc ou vert clair. On l’appelle l’enrubannage tubulaire.

Les Films

de bâches d’ensilage

1. Qu’est-ce que l’ensilage ?

Définition et Utilisation :

L’ensilage est une technique de conservation des fourrages qui utilise la fermentation anaérobie pour minimiser la perte de matière sèche et préserver la valeur alimentaire.

Le processus est optimisé pour des fourrages avec un taux de matière sèche de 25 à 55%.

Les films de bâche d’ensilage assurent une étanchéité parfaite à l’air et à l’eau, sont lestés pour adhérer solidement aux surfaces de silo, et leur résistance mécanique est testée contre les perforations et les ruptures.

Généralement, leur durée de vie est d’une année, pouvant atteindre jusqu’à 24 mois avec des résines de haute qualité.
Ces films sont fabriqués principalement à partir de polyéthylène, qui peut être vierge ou recyclé, afin de répondre aux normes de durabilité et de performance.

2. Techniques d'Ensilage

Méthodes de Stockage :

Le fourrage peut être stocké dans différents types de silos, tels que des silos taupinière, des silos couloir, ou sous forme de balles enrubannées.

Utilisation de Films :

Les films de polyéthylène sont utilisés pour recouvrir le silo, assurant une étanchéité à l’air et à l’eau. Ces films doivent être lests pour maintenir l’intégrité du silo.

3. Choix et Caractéristiques des Films

Couleur et Épaisseur :

Les films varient en couleur et en épaisseur, allant de 100 à 180 microns, avec des options comme vert/noir, blanc/noir, et blanc/vert pour mieux s’intégrer à l’environnement et réduire la chaleur par réflexion solaire.

Durabilité :

La durée de vie standard des films est d’une année, pouvant s’étendre jusqu’à 24 mois. Des sous-bâches peuvent être utilisées pour améliorer la perméabilité à l’oxygène.

4. Gestion et Sécurité des Films

Protection Physique :

Les films sont souvent recouverts par des bâches de l’année précédente pour une protection supplémentaire contre les éléments physiques. En outre un nombre croissant d’agriculteurs  couvre le silo (par dessus les films de couverture) d’un filet ou grille tissée de protection réalisée en polyéthylène haute densité (PEHD) contre les dégâts potentiels effectués par les oiseaux et les petits animaux (chats , chiens,…)

Lestage :

Historiquement, les films étaient lestés avec des pneus usagés, mais cette pratique est en déclin en raison des risques environnementaux et de la manipulation difficile. Actuellement, des sacs remplis de sable ou de gravillons sont utilisés pour lester les films.

5. Avancées Techniques

Innovations :

L’industrie continue de développer des films plus efficaces et respectueux de l’environnement, incluant l’utilisation de matériaux recyclés et des techniques comme la « méthode bavaroise » pour la gestion de la perméabilité du film à l’oxygène.

Les Films

de couverture

Quelques questions/réponses

Pour protéger le foin et la paille stockés à l’extérieur des intempéries, les agriculteurs utilisent couramment des films plastiques noirs, similaires à ceux employés pour couvrir l’ensilage. Récemment, l’adoption de bâches respirantes en polypropylène (PP) non tissé, d’un poids de 130 g/m² et d’une durée de vie de trois ans, a commencé à gagner en popularité pour les mêmes applications. Ces bâches offrent une alternative durable et efficace pour garder les stocks de fourrage au sec tout en permettant une certaine aération.

Certains bâtiments d’élevage se présentent comme des abris plastiques de type tunnel, mais la couverture sera assurée par un film opaque de couleur verte ou blanche d’épaisseur comprise entre 200 et 250 microns. Ces structures présentent l’intérêt d’un faible coût en comparaison à des constructions traditionnelles en dur. Elles sont réservées à l’élevage de petits animaux (volailles, lapins, ovins, caprins) et doivent être munies de dispositifs de ventilation adaptés pour le maintien des conditions de températures idéales. Elles peuvent aussi servir de garage pour le matériel agricole.

Le film spécial en polyéthylène noir de 350µ, disponible en grandes bobines ou bâches, est conçu pour diverses utilisations telles que le stockage d’eau agricole, horticole ou pour le maraîchage, les canaux d’irrigation, les bassins de décantation, les réserves d’incendie, les bassins d’agrément, et les réservoirs de rétention d’eau pour la prévention des inondations. La partie immergée du film est garantie 10 ans, et l’installation d’une collerette sur les parties exposées est nécessaire pour bénéficier de cette garantie.

Les gaines

de silos boudin

Les gaines de silo en boudin, une technique de stockage agricole d’origine argentine, permettent de conserver les céréales humides avant séchage, la pulpe de bettrave ou encore des semences sans recourir à des silos en dur, ce qui représente une économie considérable en termes d’investissement initial.

Cette méthode consiste à utiliser des films plastiques d’une épaisseur de 180 à 250 microns, généralement de couleur blanche pour prévenir l’échauffement des produits ensilés pendant leur stockage. Le film doit résister aux contraintes de pliage, de mise en œuvre et de remplissage.

En Europe, cette technique gagne en popularité, principalement pour le stockage de céréales concassées, comme le maïs traité pour être conservé sans séchage, ce qui réduit les coûts de séchage et de logistique. Elle est également utilisée, à une échelle plus réduite, pour l’ensilage d’herbe ou de maïs, qui est compressé sous pression à l’intérieur de la gaine. Ce mode de stockage flexible et économique offre une solution efficace pour la gestion des ressources et l’optimisation de l’espace dans les exploitations agricoles.